Dans les lignes qui suivent et décrivent les méthodes que j’utilise, le mot comportement désigne toute action de l’animal: un mouvement de patte, un clignement de l’œil c’est un comportement simple, de base. Un assis ou un appel de saut est un comportement plus complexe. Savoir ne pas tirer en laisse face à des distractions ou s’arrêter sur une zone est un comportement encore plus complexe.

Je n’utilise que des méthodes basées sur les apports scientifiques des théories de l’apprentissage chez l’animal. J’utilise donc le renforcement positif et la punition négative. Cela signifie que lorsque je veux voir un comportement se reproduire, je renforce le chien par le biais d’une récompense (jeu, nourriture, contact). Lorsque que je ne veux pas voir un comportement se reproduire, je ne donne pas de récompense. Et c’est tout.

Je pense que les contraintes physiques ou verbales ne font que dégrader la relation entre le chien et l’humain et qu’elles ne peuvent être que contre productives. Mieux vaut manipuler l’environnement dans la mesure du possible pour pouvoir travailler et modifier un comportement que de vouloir contrôler le chien en l’empêchant d’exprimer ce comportement.

Ainsi donc, je ne travaille pas avec des colliers étrangleurs, métalliques, à pics, électriques… Ces instruments violents n’ont pas d’autre effet que de rendre la communication avec l’animal difficile mais surtout de lui infliger des douleurs injustes et inutiles.

Je travaille donc au clicker pour les apprentissages de base. Une fois le comportement acquis, je récompense selon le niveau de performance afin d’entretenir un comportement intense et de précision. Les récompenses possibles sont les aliments (tout ce qui pue, colle et tache en général: fromage, saucisse et autres pâtés), les jeux (tug, balles, jeux distributeurs etc), l’accès à une ressource convoitée (l’extérieur, le prochain obstacle d’agility) ou le contact social, selon le chien mais aussi le comportement travaillé.