Aujourd’hui c’est l’anniversaire d’Obi! J’en profite donc pour rédiger un premier article sur lui 😀

Par où commencer? Quand Volt a dû cesser tout exercice physique lourde suite à la détection de sa dysplasie et de son arthrose, j’ai arrêté mes activités canines du jour au lendemain. C’était très difficile au début, d’autant plus que j’accompagnais ma mère et Cirius sur tous leurs concours sans avoir moi-même de chien à travailler de mon côté!

J’ai donc rapidement décidé de prendre un nouveau chien. J’étais alors étudiante sur Paris et je ne pouvais pas me permettre de prendre tout de suite un chiot. Ce qui tombait bien car il m’ fallu plusieurs mois avant de trouver la portée qui me plaisait vraiment! Je savais que je voulais un australien mais je ne trouvais pas d’élevage qui me plaise suffisamment pour en prendre un aussitôt. Après moult et moult recherches, des hésitations entre le working aussie et l’australien plus courant, j’ai fini par tomber par hasard sur Djairo, le futur père d’Obi. Et là j’ai complètement craqué! Physiquement, mentalement ce chien me plaisait terriblement 😀

Pour en savoir plus sur Djairo, voici son site internet!

Djairo, le père d’Obi

J’ai contacté sa propriétaire qui m’a indiqué les portées à venir. Une d’entre elles avait lieu avec une chienne belge à l’élevage Some Kind Of Magic. Je fais quelques recherches et bingo, la chienne me plait aussi! Et non seulement la chienne mais aussi les chiots issus de ses portées précédents ainsi que les chiots produits également par Djairo avec d’autres femelles. Je contacte l’éleveuse et nous tombons d’accord: j’aurai un chiot sur cette portée!

Malheureusement la saillie ne fonctionne pas. Et comme la mère d’Obi fait beaucoup d’activités sportives, la prochaine saillie est fixée aux deuxièmes chaleurs suivantes! Bouh un an d’attente. Dans l’intervalle, l’éleveuse me propose d’autres portées d’autres chiennes, mais non je m’y tiens, c’est ce mâle et cette femelle que je veux. Et enfin arrive cette nouvelle saillie. Et elle fonctionne! Les deux mois suivants semblent passer au ralenti. La grossesse est confirmée et les chiots naissent en mars 2010. L’éleveuse m’envoie des photos de toutes ces petites crevettes et je craque aussitôt sur l’une d’entre elles. Un petit bout de chien de 2h qui m’accroche déjà. Mais hors de question de déterminer quel chiot va à qui à cet age là, tout cela sera décidé à 7 semaines! Il faut donc attendre encore. Je les vois grandir en photo et en vidéo en gardant toujours l’œil sur ma saucisse préférée. Puis grands échanges avec l’éleveuse sur mes attentes, le tempérament d’Obi déjà bien trempé à l’époque, celui de ses frères qui auraient pu aussi me convenir. Mais on convient ensemble que cette saucisse là, c’est celle qu’il me faut! Et quelle bonne décision ce fut! Je pars chercher Obi fin mai avec une amie. L’élevage se situe près d’Anvers en Belgique. On part quelques jours avant la date où je dois le récupérer mais mon cœur n’est pas au tourisme, je ne pense qu’au chiot que je vais bientôt avoir!

Le jour J arrive enfin et je vais chercher Obi! Pas de doute, sur place, il me plait toujours autant! C’est donc parti pour une nouvelle aventure avec ce nouveau bébé!

J’ai donc attendu presque 3 ans pour avoir Obi. Durant cet intervalle, j’ai pu voir tellement de choses sur le monde de l’agility, découvrir ce qui se passait ailleurs, en Europe et dans le reste du monde, tout ce que ça impliquait de vouloir faire de l’agility et pas seulement faire passer des obstacles à mon chien. J’ai suivi avec Obi les cours de Susan Garrett et de Silvia Trkman, nous sommes même allées deux fois en Slovénie pour participer à un camp organisé par Silvia, je l’ai emmené partout avec moi, à Paris, en vacances, en Angleterre, en Suisse, en Slovénie, à la mer, à la montagne, à la campagne, sur mon canapé et dans ma voiture, partout!

105_0267

Obi à deux mois 😀

 

Obi c’est le chien que je voulais exactement. Ni plus, ni moins! Un physique d’athlète, une envie de b

osser insatiable, comme moi ;), et une très grosse personnalité! Oui, on peut dire d’Obi qu’il est chaud! S’il y a moyen de se bagarrer un peu, il ne dira jamais non! Mais malgré cela, c’est un chien qui peut être en concours, au milieu de plein d’autres chiens et qui saura se contenir et se détendre malgré tout. C’est un fonceur, qui essaie d’abord et réfléchit ensuite: il a cassé bon nombre de poteaux de slalom, de supports de tunnel, il a défoncé un grillage deux fois et a même réussi à casser une descente de passerelle tellement il allait fort sur son running! Une grosse brute de 32 kilos qui croit qu’il est un chihuahua quand il essaie de monter sur mes genoux quand je suis assise ou de venir dans mes bras si il voit qu’un autre chien est porté près de lui.

Avec lui j’ai du bosser tellement de choses mais ça a toujours été un grand plaisir! Tout d’abord la frustration. Accepter que quand on veut quelque chose, on peut ne pas l’avoir tout de suite. Ça a été très difficile au début. Je me souviens encore de lui à deux mois, dans le gîte que nous louions dans le Gers pendant la formation Animalin (oui le lendemain de son arrivée de la Belgique, il partait pour le Gers, c’est aussi un voyageur celui-là 😉 ) je le travaillais au clicker. J’ai eu le malheur de retarder un peu mon clic par rapport aux fois précédentes. Il s’est mis à hurler. A hurler comme si on l’égorgeait. Ma mère dans la pièce d’à côté m’a demandé si je le torturais. En un sens, oui! Enfin à son sens à lui, oui 😉 Ca a été le premier de nos différents travail! Il a dû aussi apprendre à accepter les contraintes: attention par contraintes j’entends être porté dans les bras, être caressé, être en laisse…J’avais une véritable petite furie qui ne voulait qu »une chose: la liberté!!!!! J’avoue avoir eu un peu peur au début et puis on a vite trouvé un terrain d’entente lui et moi: il était, est et restera passionné par le tug! Un vrai crocodile, tout dans les dents! Il en a rongé des bâtons, des jouets d’occupation, des pieds de table (oups!) et des os! Et son envie de bosser quel plaisir! On a aussi travaillé le self control, pour les raisons déjà citées: Obi est chaud patate et je ne veux pas avoir à l’isoler. Il a donc appris à se contrôler, à se coucher de lui-même quand il voit un autre chien, quand il croise un chat ou un lapin. Cela s’est fait si naturellement qu’aujourd’hui je comprends à quel point les bases d’éducation sont importantes car elles permettent de mettre en place presque sans qu’on s’en rende compte des réflexes chez le chien qui sont un vrai bonheur au quotidien!

On se passionne tous les deux pour l’agility et c’est mon partenaire rêvé sur les parcours! Mais aussi sur le canapé pour un câlin du soir devant la télé, son moment préféré 🙂 Il aime courir, il aime jouer, il aime manger, il aime travailler (attendez c’est pas pareil que jouer ça? 😉 ), il aime se baigner, il aime la neige, il aime faire des câlins, il aime être avec moi, il aime être avec ma famille, avec mes amis, il aime tout le monde, sauf ce chien là-bas qui le regarde fixement 😉 , il aime voyager, il aime rester tranquille, il aime quoi!

Ce chien là, ça n’est pas qu’un petit bout de moi. C’est un énorme bout de moi! 😀 Mon cœur d’amour avec des poils autour!

Fotor0305125948

Joyeux anniversaire Obi, puisse tes anniversaires suivants être nombreux et les années à venir aussi belles que celles passées!