Alors mon petit puppy, ces derniers temps ont été difficiles. J’aurai dû rédiger un bel article pour ton anniversaire seulement les choses se sont passées autrement. Aujourd’hui je prends le temps d’en écrire un rien que pour toi!

Voilà un peu plus d’un an que tu as vu le jour. Loin d’ici, au Danemark. (Est-ce que c’est pour ça que tu ne supportes pas la chaleur et que tu raffoles du salami? 😉 ). Ta vie avec moi a commencé par une grande aventure. Il a fallu que tu prennes l’avion, puis le train, puis le métro, puis le bus, puis la voiture avant enfin d’arriver à la maison!

Là, notre vie commune a pu commencer et j’ai appris à te connaître et à t’aimer.

J’ai appris immédiatement à mes dépens que tu n’aimais pas du tout qu’on s’approche de ta nourriture. J’ai aussi appris que tu n’étais pas du tout gourmand. J’en ai conclu que tu étais un peu bizarre comme chien et je t’ai aimé encore plus. Passés ces soucis de crocs vengeurs, nous avons pu nous attaquer à plus grand encore. Nous avons commencé à travailler tous les deux. Enfin travailler, tu sais ce que ça veut dire pour moi: nous avons commencé à jouer ensemble et à se découvrir l’un l’autre.

Je savais que tu apprendrais vite, je m’en doutais étant donné ta race mais aussi ta lignée. Mais bon dieu des chiens, je n’aurai jamais cru que tu pouvais apprendre si vite! Tu es une fusée, sur l’herbe et dans ta tête et tu m’épates chaque jour qui passe. Tu es aussi très inventif et je ne donnerai nos séances de shaping pour rien au monde tellement tu me fais rire en combinant tous tes tricks (est-ce que le salut-roule-patte, c’est toi qui l’a inventé ou quelqu’un te l’a montré?). Tu peux faire tellement de choses à la fois que je me dis que toujours que tu as peur de ne pas avoir le temps de tout pouvoir faire! Ceux qui peuvent creuser un trou avec un bâton dans la gueule tout en faisant leurs besoins sauront de quoi je veux parler.

Mon ptit pup, tu es un monstre de douceur, de calme et de concentration. Je n’ai jamais connu un chien capable de monter si subrepticement dans un lit, de réclamer des câlins si doucement qu’on a l’impression que c’est toi qui nous câlines, ou encore qui me fait tellement confiance que tu es content quand je soigne tes blessures qui sont au demeurant fort nombreuses du fait de ton goût prononcé pour les escapades dans les ronces, les haies et tout ce qui pourrait engendrer coupures et plaies.

Jeudi, tu as fêté tes un an. Je sais que c’est cliché mais le temps passe si vite. Ça n’a pas été le plus heureux des anniversaires car aujourd’hui Obi, ton grand frère, ton copain de jeux, de course, de câlins n’est plus avec toi. Tu es un peu triste et très perturbé comme je peux l’être moi-même et si je te vois t’apaiser de jour en jour, je m’inquiète aussi pour toi.

Alors pour ton anniversaire et une semaine, je te fais une promesse . Quand j’aurai le cœur moins serré, et quand après y être entré tout entier, Obi l’aura rendu si grand qu’il pourra l’accueillir lui, t’accueillir toi et qu’il y restera encore de la place, alors je te promets Sky qu’un autre chien merveilleux viendra vous y rejoindre. Je te promets des heures de jeu avec ce nouvel ami, de courses poursuites et de trous dans le jardin, de baignade dans la rivière et de câlins sur le canapé. Je te promets que tu le trouvera agaçant parfois à vouloir jouer avec toi tout le temps, mordiller tes oreilles ou ta queue. Et je te promets de te rappeler que tu faisais subir bien pire à Obi quand tu étais toi aussi chiot. Je te promets de l’aimer comme j’aime Obi et comme je t’aime et je te promets que tu l’aimeras aussi. Cette promesse, c’est ton cadeau, avec un peu de retard.

Joyeux anniversaire et une semaine Sky!